La Ménagerie Anonyme

Forum privé 'Club de la Ménagerie anonyme' Pour poursuivre nos délires, Club des clubs multiples.
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Mots-clés
Mots-clés
Derniers sujets
Derniers sujets
Janvier 2020
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
CalendrierCalendrier
Janvier 2020
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
CalendrierCalendrier
Sujets similaires
    Sujets similaires
      -50%
      Le deal à ne pas rater :
      Promo sur un arbre à chat géant – 154cm de hauteur
      68.99 € 138.99 €
      Voir le deal

      Partagez
       

       Le consentement, le fantasme du viol et pourquoi c'est toujours maman qui a tors ?

      Aller en bas 
      AuteurMessage
      Lily-Sisi

      Lily-Sisi

      Messages : 362
      Date d'inscription : 15/06/2015
      Age : 27
      Localisation : Noord

      Le consentement, le fantasme du viol et pourquoi c'est toujours maman qui a tors ? Empty
      MessageSujet: Le consentement, le fantasme du viol et pourquoi c'est toujours maman qui a tors ?   Le consentement, le fantasme du viol et pourquoi c'est toujours maman qui a tors ? I_icon_minitimeMer 21 Oct - 5:48

      Ici, à la suite du débat Fb et parce que je m'ennuis un peu ce soir au Canada, je vous met la ligne de commentaires qui m'a interpellée sur le blog de l'Odieux Connard qui, si vous ne le connaissez pas, est à connaître, parce qu'il est brillant, sur http://unodieuxconnard.com/
      En rose, parce que c'est ma couleur préférée. Et tout passe mieux en rose. La vie, les injures, les bobos (le mercurochrome, c'est du rose qui a mal tourné), tout.

      Urh 22 février 2015 à 13:52 · ·
      « Il y a vraiment des femmes qui ont comme fantasme d’être victimes de ce qui ressemble quand même vachement à de la violence conjugale ? »

      Figurez-vous que je me suis posé la même question pendant des mois. J’en ai tiré une espèce de d’hypothèse, très personnelle. Je vous livre mes éléments.

      Partons d’un fait curieux sur la façon dont une mienne amie a perdu sa virginité.
      Elle m’a expliqué un jour que, parvenue au graaaand âge de 22 ans, voyant poindre les 23, elle avait demandé à un camarade de l’honorer histoire de se débarrasser de cette première fois.
      Ah, elle en était donc amoureuse ? eus-je l’audace de présumer, racaille patriarcale que je suis.
      Non non, dit-elle.
      Oh, avait-elle simplement envie de s’envoyer en l’air ?
      Du tout, dit-elle ; ça ne manquait même pas à sa vie.
      Eh bien, comment l’affaire s’était-elle conclue alors ?
      Tout simplement, dit-elle, les remarques de ses parents commençaient à lui peser et elle voulait leur clouer le bec. Ils ne cessaient de lui dire que le camarade en question voulait visiblement la sauter et qu’elle était bien mauvaise de ne le considérer que comme un camarade.
      Hein ?
      L’affaire, dit-elle, avait mal tourné : ils avaient continué à faire des galipettes histoire qu’elle apprivoise cette curieuse absence d’envie de faire l’amour avec lui qui gênait leurs relations, le camarade avait fini par l’isoler socialement et la contrôler, et, de fil en aiguille, elle avait porté plainte pour viol.
      HEIN ?
      Mais, dit-elle, c’était du passé et elle ne voulait pas m’ennuyer avec ces histoires. L’addition était pour elle.

      Un exemple n’est qu’un exemple, certes. L’amie en question me défend bec et ongles que ses parents sont des féministes de l’eau la plus pure et qu’ils avaient simplement peur qu’elle s’interdise de faire l’amour pour des raisons rétrogrades. J’y vois surtout deux vieux cons qui auraient mieux fait de se mêler de leurs affaires.

      Mais en fait, quand on parle de sexe, plein de gens se mêlent de vos affaires. La société vous explique comment vous devez faire l’amour, dans quelles positions et vers quel âge et pour quelles raisons et avec quelles protections et en offrant combien d’orgasmes à Madame à chaque fois… Bref. Ce n’est qu’une intuition, mais dans ce magma d’oignons mêlés par ceux qu’ils ne regardaient pas, je crois retrouver une tendance pour mes tristes camarades à double X.

      Toi devoir garder ton cul propre, mais toi devoir mettre ton cul à disposition de n’importe qui. Oui, ça paraît contradictoire comme ça, n’est-ce pas ? Le seul signal que je cherche désespérément, c’est : « en fait, ton cul c’est ton cul, tu en fais ce que tu veux. » La liberté ne fait pas vendre de magazines et le lâcher-prise ne donne pas de contrôle sur ses proches, faut croire.

      Le message n’est pas forcément plus glorieux pour les hommes, mais je le trouve personnellement moins prononcé. En tout cas, je n’ai jamais eu l’impression qu’on me disait d’abandonner tout contrôle sur mon corps pour le laisser aux mains d’une femme sans que mon propre désir entre en ligne de compte.

      Admettons que je ne sois pas un crypto-féministe et que ma théorie sur « l’ambiance » dans laquelle les femmes baignent soit bonne. Vous êtes une minette entre 15 et 30 ans et vous entendez en permanence en arrière-cerveau que vous vous devez à la gent masculine, mais que si vous donner ce qu’on vous demande, vous êtes une salope. Que vous reste-t-il pour vous sortir de là ?

      Le fantasme du viol.

      Si vous donnez ce que vous devez, mais pas de votre plein gré, vous avez rempli vos deux contrats. Un homme a utilisé votre corps, mais à votre corps défendant, donc c’est bon, ça ne compte pas vraiment. Évidemment ça n’a rien à voir avec la réalité du viol, puisque dans le fantasme la femme a accepté l’inévitable et se contente de protester pour la forme. (Jamais croisé de camarade victime de viol qui fantasme dessus. De la même façon, j’imagine, qu’on ne rêve pas de devenir cascadeur après un accident de voiture.)

      Ce type de sexualité imposée, violente, est très présent dans la littérature rédigée par des midinettes entre 15 et 30 ans – oui, je vous parle de fan-fiction. Peut-être parce que nos filles n’ont pas grand espoir de conserver du contrôle sur leur vie sexuelle. Peut-être parce qu’elles n’imaginent pas mériter autre chose que ces relations abusives. Peut-être parce qu’elles se préparent à l’inévitable.

      Ouh, c’était morose tout ce commentaire. Enfin, pour dire : oui, il y a des femmes qui fantasment d’être forcée, violentée ; non, elles ne sont pas simplement des abruties finies vendues au patriarcat.

      Voilà. J’avais prévenu, c’est personnel et ça se base un peu sur du néant et de l’intuition, n’est-ce pas.


      Joka 23 février 2015 à 00:00 · ·
      Hé… J’ai été une de ces minettes de 15 ans et avec le recul (et l’ââââge), j’analyse les choses comme vous… juste envie de vous remercier pour la verbalisation de votre intuition qui me paraît très juste, aussi triste que ça soit (parce que j’ai peu d’espoir que ça change, ce film le montre aussi effectivement) !


      Allya 23 février 2015 à 16:16 · ·
      Je suis assez d’accord avec votre analyse (encore qu’il est délicieusement ironique de trouver une réflexion sur le fantasme du viol ici. Vous avez vu combien de demandes en mariage ça rapporte, de causer GHB, cave et pelle tous les deux articles? Wink).
      Il y a effectivement, du moins c’est mon ressenti, une marge assez mince entre se faire traiter de coincée, et se faire traiter de salope. Et si votre comportement ne se situe pas dans cet entre-deux bien codifié, vous avez intérêt à ce qu’on vous ait armée pour vous moquer de ce qu’on dit de vous (ce qui serait la base à inculquer aux ados).

      Cependant, il me semble que d’autres facteurs entrent en ligne de compte (pur ressenti encore) et que le phénomène ne s’explique pas pour tout le monde et pour toutes les tranches d’âge de la même façon.

      Il y aurait peut-être aussi:
      – un certain effet pervers de la nouvelle masculinité. Beaucoup de femmes (je n’aime pas mettre « les » femmes, nos chromosomes ne nous confèrent pas une unité de pensée) veulent un homme qui fait le ménage, s’occupe des enfants, est respectueux, tendre, etc. (Et c’est sûr que c’est plus agréable à vivre au quotidien qu’un Cro-Magnon qui ne décolle pas de sa PS4.) Mais, fantasmatiquement, ce n’est pas toujours très stimulant. Une vieille nostalgie du « Je te vois, je t’assomme, je t’emmène dans ma grotte »?

      – un double impératif difficile à concilier: tu dois réussir ta vie de couple (donc être fidèle) Et avoir une vie sexuelle épanouie. Faut avouer qu’au bout de plusieurs années avec la même personne, le sexe peut avoir tendance à devenir plan-plan. D’où le fantasme de qqch de différent, qui explique probablement le succès de « 50 nuances » auprès de mères de famille d’un certain âge.

      – le tout encouragé par les médias, qui donnent à penser qu’aujourd’hui, quasi tout le monde pratique le SM, l’échangisme, les plans à 3, et autres pratiques qui étaient il y a peu considérées comme marginales mais qu’on serait presque gênés d’avouer à l’heure actuelle ne pas pratiquer (ou, au minimum, ne pas avoir envie de pratiquer).


      Anne Lled 5 mars 2015 à 23:12 · ·
      On peut aussi soulever que ce type de relation est également très présente dans… les contes de fées (et leur adaptation par Disney) qui, quoique d’une façon bien édulcorée, nous présentent des relations affectives légèrement problématiques où la jeune fille et un objet totalement passif du désir masculin.
      Blanche-Neige: empoisonnée soit par une pomme soit par un peigne enchanté, elle git comme morte dans un cercueil de verre mais est éveillé par la galoche que lui roule un prince de passage, qui l’épouse dans la foulée.

      Quelques exemples:
      – Cendrillon: maintenue par son entourage familial à une place inférieure, elle sort une fois de chez elle pour assister à un bal, danse une fois avec le prince, perd sa chaussure et attend passivement que celui-ci débarque avec la pompe perdue et l’emmène pour l’épouser.
      – La Belle au Bois dormant: pareil que Blanche-Neige. Endormie, éveillée par un baiser magique, épouse le responsable du baiser. A noter que dans le conte originel, ce qui la réveille, c’est… d’accoucher de jumeaux. Dans le genre glauque, ça se pose.
      – La Belle et la Bête: abandonnée par son père à un monstre qui la cloître, la terrorise mais la traite en princesse, elle fini par en tomber amoureuse ce qui change la brute en beau prince… Le syndrome de Stockolm avec des enchantements, quoi, si pas carrément « Marc Dutroux au pays des fées ».
      – Raiponce: enfermée dans sa tour, séduit un prince qui passait par là par la beauté de sa voix. Il la dupe en se faisant passer pour la sorcière qui la cloitre et l’éduque afin qu’elle le laisse entrer, mais quand il lui dit qu’il l’aime, elle en tombe amoureuse à son tour et lui fait des bébés.
      – La petite sirène: là c’est l’inverse, c’est la sirène qui voit le prince, en tombe amoureuse, lui sauve la vie, affronte des épreuves pour le rejoindre (elle troque sa voix contre des jambes qui la font affreusement souffrir à chaque pas… Et (dans la version originale du moins car le Disney change tout à fait l’arc narratif en donnant une fin heureuse ET un rôle actif au prince) le prince épouse et tombe amoureux d’une autre. La sirène, elle, se tue de désespoir. Ajoutons que séduire le prince n’est pas son unique motivation, elle souhaite devenir humaine pour gagner une âme immortelle (ça, au moins, on le lui accorde) donc on est pas tout à fait dans le « go, go, ma fille, prend ton destin affectif en main)

      Donc déjà bien avant qu’une fille entende parler de sexe, elle est baignée dans des représentations du couple et de la sexualité où tout les personnages auxquels elle pourrait s’identifier sont réprimés par leur environnement familial, totalement passifs, séduisent par leur être et non par leurs actes et finalement choisies par des hommes puissants, riches, beau. Et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfant, et jamais, jamais personne ne fait remarquer que rouler des patins à des filles inconscientes, ou profiter de la séquestration de jeune filles c’est légèrement répréhensible.

      Du coup, quand les hormones s’affolent, quoi d’étonnant que celles-ci s’expriment sous forme de fantasmes de viol? C’est déjà le scénario de quasi tout les contes « romantiques » dans lesquels elles baignent.


      DragonFly 23 février 2015 à 19:23 · ·
      C’est le principe même du « fantasme ». Un fantasme n’a pas à être concrétisé (je dirais même « ne dois pas être ») ni même à être réaliste. Il est davantage au niveau du rêve que de la réalité. Un fantasme est là pour évacuer quelque chose, conscient ou non, d’où le rapprochement avec le monde du rêve.
      Dans les fantasmes « de viol », la femme n’est jamais réellement « violée » dans le sens où son fantasme lui fait souhaiter la situation (donc consentement) et que, soyons francs, le violeur ne ressemble jamais à Qasimodo ou au vieux pilier de bar du coin… Bref, dans ce fantasme on est très loin du vrai viol ! Fantasme =rêve.
      Pareil pour le côté contrôle, dans le fantasme il est clair que ça n’ira jamais plus loin que ce que la personne imagine. Quant au sado-masochisme, les gens ont oublié qu’au tout début il s’agissait d’un problème physique où les deux glandes : douleur et plaisir, sont reliées. Ce sont des cas rares. Le sado-masochisme dont parle le film est de l’ordre de la déviance psychique si j’ose dire, dans le sens où rien ne le justifie physiquement. Mais tant que tout le monde est majeur, vacciné (protégé ?) et consentant… J’arrive même à comprendre ce « besoin »!


      Voilà !
      Donc, c'est juste une pierre à l'édifice, mais je pense que ça fait réfléchir (miroir !) mais le débat est à enrichir, pour sûr !

      Je suis assez d'accord avec leur point de vue, et j'avoue que je mens souvent quand on me pose des questions d'ordre intime/sexuel/whatever.
      Comme quand on vous demande combien de fois vous avez été en couple ou mieux, avec combien de personnes vous avez couché au premier rdv et qu'on répond "2" alors que nan, en fait, c'est plutôt 0 voire pour certaines, plutôt 10 ou 11, mais passer pour une coincée ou un pétasse ? -> 2.

      Alors oui, on ment tous, et ça nous permet d'avoir la paix. Mais je propose qu'on éduque nos gamins pour qu'ils fassent ce qu'ils veulent de leur booty-booty.

      Koeurkoeurlove,
      LiSi
      Revenir en haut Aller en bas
      Raiponce

      Raiponce

      Messages : 531
      Date d'inscription : 15/06/2015
      Localisation : Le Pays Imaginaire

      Le consentement, le fantasme du viol et pourquoi c'est toujours maman qui a tors ? Empty
      MessageSujet: Re: Le consentement, le fantasme du viol et pourquoi c'est toujours maman qui a tors ?   Le consentement, le fantasme du viol et pourquoi c'est toujours maman qui a tors ? I_icon_minitimeMer 2 Déc - 19:24

      C'était, ma foi, fort intéressant.
      Parfois j'ai vraiment l'impression que la société essaie de nous faire passer des normes quoi faire, quand faire, avec qui, etc... Le problème c'est que les messages sont véhiculés de manière permanente et plus ou moins implicite.
      Pour moi, on a le droit de faire ce qu'on veut de notre corps mais aujourd'hui les gens apportent tellement d'importance au regard qu'on pose sur eux qu'au final on oublie de se prendre en compte.. Il faut que notre corps, et l'utilisation que l'on en fait soit en adéquation avec ce que l'on souhaite faire. Ça parait évident dit comme ça mais je trouve qu'en général les gens on de plus en plus tendance à vouloir répondre à des attentes sans se prendre réellement en main...
      Revenir en haut Aller en bas
      https://www.fanfiction.net/u/6569834/Petite-plume-de-folie
      Lily-Sisi

      Lily-Sisi

      Messages : 362
      Date d'inscription : 15/06/2015
      Age : 27
      Localisation : Noord

      Le consentement, le fantasme du viol et pourquoi c'est toujours maman qui a tors ? Empty
      MessageSujet: Re: Le consentement, le fantasme du viol et pourquoi c'est toujours maman qui a tors ?   Le consentement, le fantasme du viol et pourquoi c'est toujours maman qui a tors ? I_icon_minitimeMer 2 Déc - 22:52

      Ce qui est cool, c'est qu'ici, on s'aime et on ne se juge pas ! <3
      Alors si vous êtes un peu nympho sur les bords, ou au contraire, un peu pas-expériencée sur les bords ou alors, que vous êtes dans la norme, c'est tout cool, je vous aime toutes quand même !
      Revenir en haut Aller en bas
      Raiponce

      Raiponce

      Messages : 531
      Date d'inscription : 15/06/2015
      Localisation : Le Pays Imaginaire

      Le consentement, le fantasme du viol et pourquoi c'est toujours maman qui a tors ? Empty
      MessageSujet: Re: Le consentement, le fantasme du viol et pourquoi c'est toujours maman qui a tors ?   Le consentement, le fantasme du viol et pourquoi c'est toujours maman qui a tors ? I_icon_minitimeMer 2 Déc - 22:53

      youpiiiiii
      Revenir en haut Aller en bas
      https://www.fanfiction.net/u/6569834/Petite-plume-de-folie
      Lily-Sisi

      Lily-Sisi

      Messages : 362
      Date d'inscription : 15/06/2015
      Age : 27
      Localisation : Noord

      Le consentement, le fantasme du viol et pourquoi c'est toujours maman qui a tors ? Empty
      MessageSujet: Re: Le consentement, le fantasme du viol et pourquoi c'est toujours maman qui a tors ?   Le consentement, le fantasme du viol et pourquoi c'est toujours maman qui a tors ? I_icon_minitimeMer 2 Déc - 22:54

      Après, moi je mens à chaque fois qu'on me demande, alors je juge pas hein :p
      Revenir en haut Aller en bas
      Raiponce

      Raiponce

      Messages : 531
      Date d'inscription : 15/06/2015
      Localisation : Le Pays Imaginaire

      Le consentement, le fantasme du viol et pourquoi c'est toujours maman qui a tors ? Empty
      MessageSujet: Re: Le consentement, le fantasme du viol et pourquoi c'est toujours maman qui a tors ?   Le consentement, le fantasme du viol et pourquoi c'est toujours maman qui a tors ? I_icon_minitimeMer 2 Déc - 22:56

      "Euh 3, nan 6! Attends je t'ai dit combien la dernière fois?" Wink
      Revenir en haut Aller en bas
      https://www.fanfiction.net/u/6569834/Petite-plume-de-folie
      Lily-Sisi

      Lily-Sisi

      Messages : 362
      Date d'inscription : 15/06/2015
      Age : 27
      Localisation : Noord

      Le consentement, le fantasme du viol et pourquoi c'est toujours maman qui a tors ? Empty
      MessageSujet: Re: Le consentement, le fantasme du viol et pourquoi c'est toujours maman qui a tors ?   Le consentement, le fantasme du viol et pourquoi c'est toujours maman qui a tors ? I_icon_minitimeMer 2 Déc - 22:58

      Tutafait ! Et quand on te dit que t'as pas l'air bien sûre, tu réponds :
      "Ben c'est comme les anniversaires, ça change tout le temps !"
      Revenir en haut Aller en bas
      Raiponce

      Raiponce

      Messages : 531
      Date d'inscription : 15/06/2015
      Localisation : Le Pays Imaginaire

      Le consentement, le fantasme du viol et pourquoi c'est toujours maman qui a tors ? Empty
      MessageSujet: Re: Le consentement, le fantasme du viol et pourquoi c'est toujours maman qui a tors ?   Le consentement, le fantasme du viol et pourquoi c'est toujours maman qui a tors ? I_icon_minitimeMer 2 Déc - 22:59

      Ah bah c'est comme ça tu perçois les anniv'? Bravoooooooo! Bel esprit! Nan mais franchement! :p
      Revenir en haut Aller en bas
      https://www.fanfiction.net/u/6569834/Petite-plume-de-folie
      Lily-Sisi

      Lily-Sisi

      Messages : 362
      Date d'inscription : 15/06/2015
      Age : 27
      Localisation : Noord

      Le consentement, le fantasme du viol et pourquoi c'est toujours maman qui a tors ? Empty
      MessageSujet: Re: Le consentement, le fantasme du viol et pourquoi c'est toujours maman qui a tors ?   Le consentement, le fantasme du viol et pourquoi c'est toujours maman qui a tors ? I_icon_minitimeVen 5 Fév - 20:19

      Sisi, c'est même la scène dont je me souviens le mieux dans Raiponce (vu que j'y pense à chaque fois que je vois ton surnom sur le forum) :
      Quand Raiponce dit à sa "mère" que c'est son anniversaire et elle répond :
      "Non non non, je me souviens très bien, ton anniversaire, c'était l'année dernière"
      et Raiponce dit :
      "C'est le principe d'un anniversaire, c'est... annuel".
      Muahaha.
      Voilà quoi.
      Revenir en haut Aller en bas
      Contenu sponsorisé




      Le consentement, le fantasme du viol et pourquoi c'est toujours maman qui a tors ? Empty
      MessageSujet: Re: Le consentement, le fantasme du viol et pourquoi c'est toujours maman qui a tors ?   Le consentement, le fantasme du viol et pourquoi c'est toujours maman qui a tors ? I_icon_minitime

      Revenir en haut Aller en bas
       
      Le consentement, le fantasme du viol et pourquoi c'est toujours maman qui a tors ?
      Revenir en haut 
      Page 1 sur 1
       Sujets similaires
      -
      » G - "With or Without You" [HENTAÏ] [PV Mina]

      Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
      La Ménagerie Anonyme :: Argumentation :: Débats-
      Sauter vers: